PER ARDUA AD ASTRA

Terres de Lylla Cardinal d'Eirbal
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une arrivée funèbre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Araldil

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 05/07/2015

MessageSujet: Une arrivée funèbre   Dim 5 Juil - 20:26

C’était une nuit fraiche, baignée par le clair de lune et le silence de la campagne. Elle restait néanmoins agréable, et était parfaite pour une longue nuit de marche.  Oh et cette nuit de voyage, Araldil en avait profondément besoin. Il n’aurait pu rêver de meilleures conditions pour sa fuite, à l’abri sous ce manteau nocturne qui lui faisait entrevoir les merveilles de la nature. Ce spectacle le faisait réfléchir, aussi bien sur ses propres erreurs que sur la perversité du monde dans lequel il vivait. Partout, que ce soit dans les tavernes ou dans les histoires que l’on pouvait trouver dans les plus belles bibliothèques, les mots n’avaient souvent qu’un seul but : nous faire rêver, nous inspirer à trouver une vie meilleur, censée et épanouie. C’est ce genre de sentiments, éprouvés si rarement et seulement lors de situations particulières,  qui l’avait poussé à fuir ; et cette nuit était parfaite pour ressentir ce genre d’émotions. Loin de tout, s’émerveillant devant la beauté du lieu, il ne pouvait penser qu’à essayer d’obtenir une vie meilleure, honnête, simple et heureuse.  C’était la fin des petites escroqueries, des situations ambiguës   et des mauvais coups. Oh il espérait également mettre fin aux diverses aventures sexuelles qu’il avait tant apprécié, mais il ne pensait pas encore être à ce point assez changé pour cela. Après tout, un homme reste un homme. Quoi qu’il en soit, il marchait, avançait vers une nouvelle vie.
Cela faisait déjà 4 jours et 4 nuits de voyage et bizarrement, il ne se sentait pas fatigué. Pour lui, cela ne faisait que confirmer son choix, comme un signe envoyé par le destin. Un choix stupide, qui le menait à sa perte. Personne ne peut disparaitre en espérant laisser ses problèmes derrière lui, et Araldil était sur le point d’en subir les conséquences. Il ne comprit pas tout de suite quand il entendit les chevaux arriver ; après tout, ce ne serait pas les premiers à passer devant lui sans le remarquer. Il était vêtu pauvrement, ce qui lui valait une discrétion remarquable. Il ne réalisa ce qui se passait seulement trop tard, déjà entouré de ses anciens acolytes prêts à lui faire payer sa trahison.

Ce fut rapide, mais cela sembla être pour lui une éternité. Après plusieurs dizaines de minutes à moitié inconscient sur le sol et laissé pour mort, il trouva la force de se relever, la même qui jusque-là lui avait permis d’avancer. Non loin d’ici, les étoiles disparaissaient au profit de la lumière d’une bâtisse vers laquelle il s’efforçait de se diriger en titubant. Plus il s’approchait, et plus la construction paraissait grande, immense, et plus il se vidait de son sang. Il n’était plus qu’à une centaine de mètres de l’entrée du domaine, sa main appuyée sur son ventre, essayant de contenir le liquide rougeâtre qui coulait au sol à travers sa chaire et sa chemise déchirée. Son autre main restait pendante au bout de son bras qu’il ne pouvait bouger qu’au prix d’une énorme douleur à le faire s’écrouler par terre. Pourtant, il continuait d’avancer, rêvant toujours de cette nouvelle vie,  sa soif grandissant au creux de sa bouche, son corps se vidant de sa vie.
Plus qu’à quelques mètres de l’entrée, et un sourire aux lèvres, l’homme tomba sans pouvoir se retenir, s’écrasant face contre terre. Il allait mourir l’âme légère. Il fuyait en espérant cacher ce qu’il laissait derrière lui, mais maintenant, il était réellement libre.  Sa dette était réglée, et de ce fait ses dernières chaines brisées. Oh il aurait aimé pouvoir jouir d’avantage de cette condition, mais il se réconfortait en se disant qu’il avait déjà fait un pas vers cette existence meilleure à laquelle il aspirait. C’est  dans ce courant de pensées qu’il se laissa sombrer, sans même auparavant essayer de se relever. Et tandis que ce magnifique clair de lune laissait paraitre une masse sombre devant l’entrée, tandis qu’il illuminait de nombreuses tâches de sang le long du chemin dans un reflet d’or, Araldil s’enfonça profondément dans un sommeil lourd et impitoyable.
Revenir en haut Aller en bas
Lylla Cardinal d'Eirbal
Maîtresse de maison
avatar

Messages : 1548
Date d'inscription : 18/05/2010

MessageSujet: Re: Une arrivée funèbre   Mar 7 Juil - 12:52

La nuit avait beau être un peu plus fraîche que les précédentes, il faisait encore suffisamment chaud pour incommoder la Baronne. Plutôt que de continuer à jouer les bretonnes en faisant la crêpe dans son lit, Lylla avait pris le parti d'enfiler une chemise de nuit en baptiste afin de dissimuler sa nudité et après avoir copieusement trempé et essoré sa chevelure afin d'y gagner un peu de fraîcheur, elle était descendu se promener.

La lune posait une lumière protectrice sur le domaine et ses occupants, la tête levée Lylla constata qu'une bonne partie des fenêtres ouvrant sur les chambres étaient grandes ouvertes. Indice lui donnant à penser qu'elle ne devait pas être la seule à souffrir de la soirée. Laissant la maison dans son dos, elle prit la direction d'un petit étang bordant la propriété. Les pierres du chemin crissaient doucement sous le pas léger, et le halo spectral était largement suffisant pour éclairer son escapade.

Arrivée au lit d'herbes tendres qui tapissaient les berges, Lylla se déchaussa et laissa ses orteils jouer librement avant de laisser choir à son tour la chemise au sol.
Personne ne pouvait la voir du château, les chambres étant orientées à l'opposé.
L'esprit tranquille, Lylla trempa un premier pied et une fois l'estimation satisfaisante de la température de l'eau, le second suivit. Bientôt elle se laissa porter par le flot revigorant, rechargeant ses batteries.

Les plaies des derniers temps cicatrisées doucement à la doucement de l'air Champenois. Les échanges de courriers, lui laissait même espérer une conclusion peut être bien différente que celle qui s'était jouée en Bourgogne. Et même si cette idée étirait en ce moment les lippes sensuelles de la baigneuse, pour l'instant cela restait son petit jardin secret.

Dans un plouff et quelques éclaboussures, la blonde s'élança sous l'eau, y fit quelques brasses avant de regagner la surface et reprendre pied sur la rive.

Heureuse de ce moment de repos tout à elle, se fut simplement allongée dans l'herbe qu'elle prit le temps de sécher avant de refiler sa longue chemise blanche sur sa peau encore humide.

Enfin calmée, et prête à regagner sa chambre, elle tordit les boucles blondes pour en extraire le surplus d'eau et d'un pas léger prit le chemin inverse.

Elle longeait les abords de la propriété quand des sons étouffés lui parvinrent.
L'oreille aux aguets, l’œil à l’affût, elle se planqua derrière un immense tronc d'arbre. Pestant contre le blanc immaculée de sa chemise de nuit qui ferait d'elle une magnifique proie en qu'à d'attaque.

Si Arzillière était fort bien gardé et pouvait tenir un siège, Lylla n'en oubliait pas pour autant la situation politique précaire et les possibles raids menaient par l'Empire.
D'arbre en arbre, repliait sur elle même, la baronne parvint à rejoindre l'entrée et le petit pavillon des gardes.

Nulle activité suspecte, et les trois jeunes soldats jouait aux dés comme toutes les nuits quand il virent apparaître par la porte laissée ouverte dans l'espoir d'avoir un peu d'air, leur patronne.


Y'a du monde la dehors ! Donnez moi une épée et venez avec moi !

Le ton ne souffrait aucune désobéissance, mais trois gus qui voient apparaître une baronne à moitié nue qui réclame une arme... Se sont alors 3 paires d'yeux qui roulent dans leurs orbites tandis que les bouches ressemblent à si méprendre à celle de trois carpes hors de l'eau.

Bougez vous bon sang !!!!!

Branle bas de combat, ça se lève, se rentre dedans, repart en marche arrière pour se percuter à nouveau. Une épée tombe sur le sol, Lylla la ramasse.


Y'a pas à dire, on est mal barré si on doit compter que sur vous.

Le regard est sévère et pourtant la Baronne en rirait presque si elle ne sentait un danger, là, juste de l'autre coté.

Accompagnée des trois padawans, ils ouvrent le petit portail et avancent à la queueleuleu... Lylla en tête bien sur, ils sont pas fous les apprentis !
L'épée levée à hauteur de son visage, les coudes en équerre par rapport à sa poitrine, elle progresse lentement jusqu’à apercevoir une tache sombre au beau milieu du chemin.

Un des jeunes se précipitent, oubliant toutes notions de prudence.


Baronne ! Le gars là l'est blessé, il pisse le sang bordel !

Tour d'horizon des obsidiennes... Plus rien. Pas un bruit et personne aux alentours.
Rabaissant son arme, la blonde se porte aux côtés du moribond.


Aidez moi à le retourner !

Tout les bras s'activent, l'homme râle dans son inconscience, c'est bon signe, au moins est il vivant.

Allongé sur le dos, la plaie principale se dévoile. Lylla se mord la bord de la lèvre.

Vite allez chercher de l'aide ! Réveillez la maisonnée ! Je vais avoir besoin de bras costauds pour le transporter à l'intérieur et de tout de savoir de chacun pour tenter de le garder en vie.

Parant au plus pressé, elle déchire le bas de sa chemise pour obtenir une large bande de tissu. Elle presse ce dernier sur la plaie tout en en maintenant les bords pour éviter aux boyaux de venir se répandre sur le chemin, merde mais c'est qu'il lui salirait son allée ce gus là !

Ça cri dans l'allée principale


UN BLESSE .... UN HOMME A TERRE.... DES RENFORTS....

Levant le minois elle aperçoit des lueurs aux fenêtres ce qui la rassure, ces abrutis ont d'étaler comme des lapereaux de trois mois et l'ont laissé seule. Ha y'a pas à dire, elle est belle sa garde !!!!

Reportant son attention sur le blessé, un rayon de lune lui laisse deviner des traits agréables, une bouche finement ourlée bien que grimaçante et des cheveux en bataille.

Tenez le coups Messire, je ne veux pas que l'on puisse dire que les hommes défaillent entre mes mains ! Enfin pas comme ça...

Un mouvement de tête envoie valser les boucles blonde mouillées dans la figure de l'inconscient et un cri s'élève.

BOUGEZ VOUS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedarzilliere.forumactif.com
Léana

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 30/06/2015
Age : 34
Localisation : Moulins

MessageSujet: Re: Une arrivée funèbre   Mar 7 Juil - 16:31

La nuit était suffocante et Léa avait ouvert grande toutes les fenêtres de l’appartement pour que l’air circule d’avantage. Ses enfants dormaient tous profondément et paisiblement, ce qui la satisfaisait. La blondinette en revanche n’arrivait pas à dormir. Depuis un très long moment maintenant ses nuits étaient courtes et cauchemardesques très souvent. Sur les six derniers mois,  seule la nuit passé dans son arbre aux creux de bras de celui qui ne quittait pas ses pensées lui avait procuré une béatitude appréciable et lui avait permis de reprendre des forces.  Ici chez Lylla ses nuits allaient pouvoir être sereines et reposantes, encore faudrait-il que la chaleur étouffante de la journée laisse place à la fraîcheur nocturne, ce qui ce soir n’était pas le cas et l’empêchait de trouver le sommeil.

Elle avait lu, puis avait donné la tétée à Miloh et avait lu encore mais rien y faisait, le sommeil ne venait pas. Elle avait bien pensé aller faire un tour dans le parc mais s’était ravisé. Et si Rack y était… s’était-elle dite finalement. Alors assise sur le rebord de sa fenêtre qui donnait sur la cour d’Arzillière, elle regardait les étoiles qui brillamment donnaient au ciel des éclats de merveilles.

Quand soudain, en bonne capitaine qu’elle était, une ombre se faufilant d’arbre en arbre attira son regard. Elle scruta, s’inquiéta, regarda vers la chambre de ses enfants en redescendant du rebord de la fenêtre, puis avisa son épée près du chevet et reporta son regard vers les arbres. Plus rien, le calme plat était revenu et la blondinette ne voyait plus d’ombre. Était-ce son imagination qui lui avait joué un tour ? Cela ne l’aurait pas étonné. Son époux devait être à sa recherche, mais il ne connaissait pas cette endroit, elle ne craignait rien ici. Au moment où elle se retourna pour aller se rafraîchir le visage, elle entendit crier dans la cour. Elle se figea net……….


UN BLESSE .... UN HOMME A TERRE.... DES RENFORTS....

Rack, était le premier nom qui lui était venu en tête …. S’emparant de son épée, elle dit à Astrid, que les cris avait réveillée, de rester quoiqu’il arrive avec les enfants puis en chemise de nuit légère et petite chausses, elle sortit de son appartement, prit à gauche puis fit demi-tour vers la droite jusqu’à l’escalier qu’elle dévala à une vitesse folle. Une fois en bas, elle prit la sortie Ouest qui si elle ne s’était pas trompée la mènerais vers l’entrée du domaine ou tout du moins vers l’endroit d’où venait les cris.

Sa blessure était encore fragile, Léa ne l’avait pas ménagé et Rack avait dû à maintes reprise la soignée mais l’adrénaline aidant et avec quelques difficultés la blondinette parvenait à avancer épée en main vers les bruits qui venait de l’allée principale.

La voix qui s’élevait la fit tressaillir, elle pressa le pas malgré la douleur à ses côtes qui l’oppressait quand elle forçait dessus. Mais peu importe, Lylla ne ferait pas réveiller toute la maisonnée pour rien.

Quand elle arriva à la hauteur de ma matriarche, elle la vit au chevet d’un homme. S’approchant le cœur inquiet, elle fut soulager de découvrir qu’il ne s’agissait pas de Rack et s’agenouillant, elle regarda l’homme qui saignait abondamment devant elle.


Que se passe-t-il ?

Demanda-t-elle à Lylla en remplaçant la main de Lylla sur le tissu qui faisait pression sur la plaie. Elle ne le souleva pas, Lylla avait eu le bon réflex en faisant ça. Elle se remémora toute ses années où elle fut médecin dans l’armée et fini par dire à Lylla.

Mère, mettez-vous au niveau de sa tête, parlez-lui qu’il ne perde pas entièrement connaissance. Forcez-le à vous répondre en faisant bouger ses joues pour qu'il réagisse, je m’occupe de sa plaie.

Elle avisa autour d’eux et chercha les gardes qui courait dans ton les sens.

Vous, venez ici. Allez me chercher Rack immédiatement et vos collègues. Il nous faut l’emmener à l’intérieur rapidement.

Elle le regarda, le pauvre apprenti avec l’air décontenancé devant la scène qui se déroulait devant lui. Comme tétanisé, il restait sur place.

Allez bougez-vous bordel. Ce n’est pas le moment de tourner de l’œil mon gars.

Elle le vit courir vers la demeure et reporta son regard sur le blessé. La lune lui permettait de voir quelqu’uns de ses traits et de se rendre compte qu’il lui était inconnu totalement. Elle tourna son regard vers le point de compression qu’elle était en train de faire et souleva le tissu pour voir la plaie. Elle n’était pas belle du tout et saignait pas mal. Elle rabaissa le tissu et appuya d’avantage sur la plaie pour que l’hémorragie ralentisse quelques peu.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.domaine-la-rose-noire.com/
Araldil

avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 05/07/2015

MessageSujet: Re: Une arrivée funèbre   Mer 8 Juil - 9:13

Inconscient, Araldil ne comprit pas bien ce qui se passait lorsqu’il émergea. Son esprit était embrumé, et il savait à peine qui il était à cet instant. La seule chose de sûre, c’était la douleur au niveau de son ventre, plus intense encore, et suffisante pour le sortir de son coma. A travers des yeux brumeux et roulants dans leurs orbites, mis clos, il pouvait distinguer deux masses sombres qui se tenaient au-dessus de lui, ainsi que de nombreux cris qui raisonnaient comme un vent brûlant dans son crâne. Néanmoins, tout cela comptait peu ; il s’en foutait même comme de sa première chope. Tout ce qu’il ressentait était la souffrance qu’on lui infligeait en cet instant, la chaleur de son propre corps qui le le rongeait de l’intérieur,  ainsi que la soif…
Du vin…

Lui même ne discerna pas bien à ce moment là ce qu'il avait prononcé ; la fièvre le faisait délirer comme même une beuverie ne le pourrait jamais. Il attrapa l'avant bras qui exerçait cette pression si douloureuse à son être. La peau était fraiche, agréable. Il aurait voulu la passer sur tout son corps pour le rafraichir, pour lui épargner ce feu qui le consumait. Son autre main, errant sans but à côté de lui, cherchait quelque chose d'inexistant sur le sol à portée. Aucun son ne sortait plus de sa bouche, et ses yeux roulaient vers le ciel caché par ces deux masses. Sa bouche s'ouvrit alors de nouveau tandis que ses yeux se refermaient.
Du vin…
Revenir en haut Aller en bas
Lylla Cardinal d'Eirbal
Maîtresse de maison
avatar

Messages : 1548
Date d'inscription : 18/05/2010

MessageSujet: Re: Une arrivée funèbre   Sam 11 Juil - 1:08

Ce fut Léana qui malgré ses propres plaies de porta à ses côtés.

Dieu du Ciel Léana, c'est pas le moment que tu ré-ouvre ta blessure. Fait attention je t'en prie, en plus nous ne savons rien de ce malheureux, nous venons à peine de le découvrir gisant ici...

Bien oui, même si l'homme était un voleur, la dérouillée qu'il venait de recevoir, Lylla ne la souhaitait à personne.
Aller savoir quel coup tordu il avait bien pu faire pour que l'on s'acharne sur sa personne au point de le laisser pour mort.
Nonobstant sa tenue quasiment indécente, docile face aux ordres de la jeune femme qui semblait parfaitement maîtriser la situation, elle vient se placer à la tête de l'inconnu. Ses genoux s'écorchent sur la terre du chemin, mais elle n'en à cure, les cheveux reposent  présent sur sa peau nue, les mains vont et viennent pour dégager le front des mèches qui s'y collent comme une perruque sur un mannequin.


Inquiéte elle observe en coin les gestes de sa protégée, guettant le moindre signe de malaise, la plus petite grimace qui ferait qu'elle la renverrait aussitôt dans sa chambre auprès de ses enfants. Mais rien ne vient, Léa semble tenir le coup.
La baronne peut reporter toute son attention au blessé, et devinez comment avec sa grâce naturelle, elle applique les conseils à la lettre ? Et oui... Une baffe par en direction de la joue mal rasée, un tressautement s'en suit et l'homme semble reprendre quelques ardeurs.
Ses lèvres remuent doucement sans parvenir pour autant à en faire jaillir le moindre son. Doucement elle se penche au dessus de lui, masquant le regard vitreux de ses seins pour mieux se redresser en lui tapotant le visage.


Du vin, tu en auras bientôt l'ami mais pour l'instant, tu restes avec nous !

C'était sans compter sur les réflexes innés d'un mourant, ne voilà t il pas qu'il se saisit du bras de Léa. Alors là... Alors là... Elle voit rouge la bouclette, on ne touche pas sa protégée ! D'un regard elle incite Léana au calme de penche à l'oreille du moribond et tout en desserrant les doigts de leurs étreintes, elle lui souffle : Un conseil garde tes mains pour toi sinon à ton réveil tu n'auras plus rien d'un homme... La menace traîne dans les airs un court instant, s'évaporant en même temps que le parfum sucré de la blonde qui a repris sa position.

BOUGEZ VOUS ON VOUS A DIT !!!!

Une chance Rackam avait quitté le domaine dans l'heure qui avait suivi lors discussion plutôt houleuse, mais les hommes restant rapidement réveillé par la garde, s'étaient s'ingéniés à dénicher une charrette à bras pour le transport du blessé et c'est quasiment au pas de courses que tout ce petit monde les rejoignit.

C'est pas trop tôt... Soulevez le et faites attention sa blessure est grave. Et portez le à la cuisine, la table sera suffisamment grande pour le recevoir et nous aurons là bas tout ce dont nous pourrions avoir besoin.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedarzilliere.forumactif.com
Léana

avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 30/06/2015
Age : 34
Localisation : Moulins

MessageSujet: Re: Une arrivée funèbre   Sam 11 Juil - 14:07

[Mes excuses, par une erreur, je viens d'effacer mon post et du coup, impossible de le remettre. Pffff, je suis vraiment désolée]


Dernière édition par Léana le Lun 20 Juil - 15:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.domaine-la-rose-noire.com/
Valafein
Intendant
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 16/08/2011

MessageSujet: Re: Une arrivée funèbre   Sam 11 Juil - 18:18

Quand deux amis se retrouvent, d'autant plus quand ces amis sont d'anciens soldats, ou pire, des hidalgos, il est de coutume qu'ils fêtent l’événement avec un ou deux verres, ou pichets, ou, dans le cas de Valafein et Alvaro, tonneaux...

La soirée avait commencé par une razzia sur la cave où les deux espagouins avaient procédé à un apéritif dans les règles (bière et hydromel). Ils avaient alors échangés quelques pensés philosophiques sur le système politique, la guerre et le commerce. Ils avaient ensuite lancé un assaut victorieux contre la cachette où messire Romanulupus cachait ses bouteilles personnelles.
Au fur et à mesure que leur niveau d'alcoolémie augmentait, les deux soldats en vinrent à parler de jeux et de femme, Valafein ventant la douceur de leur peau, la beauté de leur regard et de leur chevelure, Alvaro lui s'exclamant sur la rondeur de leurs seins, de leurs fesses, et la chaleur que l'on ressent une fois à l'intérieur de leurs cuisses.
Ils mirent enfin à percer deux tonneaux de vin qu'ils entreprirent de vider complètement afin de s'en servir de baquet pour y prendre un bain,
"et pas seuls" ajouta Alvaro, espérant y attirer une ou deux servantes. A ce moment, il n'y avait plus véritablement de discussion, mais plutôt une succession de chant paillard à faire rougir les femmes, les hommes, les enfants et même les statues...

Si nos deux soiffards tenaient parfaitement l'alcool, il y avait pourtant un ennemi qu'ils ne pouvaient vaincre... à savoir : leur vessie... Ils sortirent donc de la cave pour aller se soulager dans le parc, en profitant ainsi pour prendre un peu l'air.

Ils revenaient de leur commission naturel quand ils décidèrent de faire un détour par la cuisine pour prendre des fruits et s'improviser une petite sangria, étant un peu nostalgique de leur chère Espagne, la maîtresse la plus ingrate qu'ils aient eu à servir. L'air de la nuit aidant, les effets de l'alcool s'étaient un peu dissipés, et la discussion était revenue à un niveau un peu plus élevé que celui de l'ivrogne moyen...


Alors, Dit Valafein, j'ai attrapé le Schtroumpf costaud et je lui ai...

Mais Alvaro ne sut jamais ce que Valafein fit au Schtroumpf costaud, car à ce moment ils virent tout deux la Baronne ainsi que plusieurs membres de la maison s'activer autour d'une charrette où gisait un homme apparemment blessé...

Oh, non... M'dites pas que la baronne a encore tué quelqu'un et qu'il faut qu'on s'débarasse du corps... Soupira Valafein.

La fiesta était définitivement finie...


J'imagine que pour le bain dans les tonneaux de vin avec des servantes peu farouches on oublie? Conclut Alvaro tandis qu'ils s'approchaient tous deux de l'attelage pour venir en aide à la Baronne...
Revenir en haut Aller en bas
Lylla Cardinal d'Eirbal
Maîtresse de maison
avatar

Messages : 1548
Date d'inscription : 18/05/2010

MessageSujet: Re: Une arrivée funèbre   Sam 11 Juil - 18:53

Une blondinette blessée en guise de médecin, deux alcoolos comme aide soignant et une baronne qui le menace de lui ôter sa virilité.

Alors qu'on transportait le blessé vers  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], le premier badot du coin aurait eu des doutes quand à sa survie !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://domainedarzilliere.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une arrivée funèbre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une arrivée funèbre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Arrivée de Chelsea (Pukifee Ante)
» Livre aidant a comprendre l'arrivée du petit frere/Soeur
» arrivée 2éme enfant?
» Arrivée d'eau
» Préparer et organiser l'arrivée de bébé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PER ARDUA AD ASTRA  :: BARONNIE D'ARZILLIERE - Entre Reims et Troyes en Champagne :: Grilles du château-
Sauter vers: