PER ARDUA AD ASTRA

Terres de Lylla Cardinal d'Eirbal
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un jeune qui dévoile une part d'un lointain passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jehan Duval

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 12/03/2012
Age : 20

MessageSujet: Un jeune qui dévoile une part d'un lointain passé   Lun 12 Mar - 17:58

Il chantait gaiement, de sa voix finissait juste de muer. Des chants de champs, de villages, de voyages ; mais aussi de fées, de princesses, de dragons, de grandes victoires chevaleresques... Oh, il savait que la deuxième catégorie n'existait pas. Il était jeune, à peine plus qu'un enfant encore, mais il n'était pas bête, et il était observateur. Mais il était aussi rêveur, et aimait à chanter ce qu'il rêvait -c'était la seconde catégorie-, ou ce qui était populaire -la première catégorie. Sa philosophie était simple: être insouciant lorsqu'il n'y avait pas de soucis. Parce qu'il avait eu assez de soucis, déjà, pour longtemps, pensait-il.
Bref, donc, il chantait tout et rien, avançant gaiement sur la route champenoise, arrivant de Compiègne à son rythme. Il avait un grand bâton à la main, qui lui servait tant d'appui pour ses longues marches que d'arme en cas de mauvaise rencontre. Des mauvaises rencontres, il en avait eu plus d'une; mais depuis deux ans, au fur et à mesure que sa poussée de croissance se terminait -c'était de famille-, ça avait diminué. Il n'avait que quatorze ans, un visage d'ange, mais carré d'épaules et avec presque une toise de hauteur, il rendait bien plus vieux qu'il ne l'était, et surtout il avait déjà un physique dur à la tâche. Pourtant, son âme était restée celle d'un gamin...mais ça, les bandits, eux, ne pouvaient le savoir.

Il savait qu'il s'approchait du but. Le château d'Arzillières se profilait déjà, un peu au loin...évidemment, il ne pu pas s'empêcher: un regard derrière, un regard devant, pour vérifier que personne n'était sur la route à pouvoir le voir: hop, il se glissa dans les bois sur sa gauche, et, cessant de chanter, un grand sourire de vice enfantin peint sur le visage, il s'avança vers le château. Il veilla quand même à avancer doucement, évitant les marres de boue: ses chausses, ses bas et ses braies étaient déjà couverts de poussière et de boue depuis longtemps, au point qu'ils avaient totalement virés au brun. Sa chemise, autrefois si blanche, était depuis un bon moment grise de saletés aussi, avec ici et là les traces vertes ou brunes des feuillages et des branches auxquels le gamin se raclait par mégarde; il lui fallait jouer du torse pour ne pas racler la rose qui y était accrochée contre un arbuste, au risque de la perdre. Le bâton était à la main droite, le chapeau de paille jaune un peu abîmé par le temps à la main gauche. Les grands yeux, d'un vert-brun au centre et qui tiraient jusqu'à l'extérieur vers un bleu-gris, espèces de billes rondes, ne se fermaient presque jamais, scrutant le terrain d'un air rieur; les cheveux châtains, assez longs, avaient déjà capturé une ou deux feuilles vertes...
Enfin, il arriva près du mur qui ceignait le domaine... Un coup d’oeil à droite, un c...ah, bah non: l'arbre parfait était déjà à droite. Il s'approcha, lança son bâton dans l'enceinte, son chapeau à lui suite comme un freesbee, puis il grimpa à l'arbre, tel un singe acrobate malgré sa carrure, et passa à son tour à l'intérieur du domaine.


- Ah...

Bon, manque de chance: en plein dans un vaste enclos à chevaux...deux des bêtes, à vingt ou trente mètres, le regardait, assez ahuris...puis hennir.

- ...CASSOS !!

Il ramassa le bâton et le chapeau et fonça en longeant le mur vers le point le plus proche de la clôture intérieure du domaine, alors qu'un puissant hennissement retentissait derrière lui, et que le galop de l'étalon commençait. Heureusement pour le garçon, la course fut rapide, et il sauta par-dessus les barrières en bois avec une assez belle avance sur l'animal, qui tapa du sabot sur le sol pour marquer son domaine. Le sale gosse éclata de rire, puis repartit d'un pied tranquille vers le château même, qui semblait surplomber le domaine...advienne que pourra, et vienne qui voudra: il était habitué à faire des sales coups sans méchanceté et à s'en sortir...
Revenir en haut Aller en bas
Valafein
Intendant
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 16/08/2011

MessageSujet: Re: Un jeune qui dévoile une part d'un lointain passé   Mar 13 Mar - 11:23

Enfin de retour après plus d'un mois d'absence, l'Intendant d'Arzillière avait repris ses bonnes habitudes. Il effectuait donc sa petite inspection. Toujours armée de sa biscayenne et de sa rapière, mais ayant délaissé sa cape de voyage, il se dirigeait vers les écuries quand les hennissements d'un cheval l’interpellèrent. Il pressa le pas. Il trouva deux des chevaux de l'enclos passablement énervés. Une rapide examen du sol près de l'enclos lui apprit qu'un très jeune homme se trouvait là quelques minutes auparavant. La légèreté des pas ne laissait pas de place au doute.

Un intrus ? A Arzillière ?
Et voilà, dès que le Maréchal n'est plus là, la garde se relâche... Et ce malgré la rigueur du nouveau lieutenant, Ademar. Bon, à ça décharge, ce dernier était trop pris par sa quêtes de l'Arc...


Et qui devait se préoccupé de la sécurité du domaine au final ? C'est bibi...

Basta, cela lui rappellerait sa jeunesse, pas si lointaine d'ailleurs... Combien de fois d'ailleurs lors de son travail d'inquisiteur et d'espion ne s'était-il pas introduit dans des châteaux ou des domaines ?
Il interpella un des garçon d'écurie, et lui dit :


Va prévenir le lieutenant Adémar, dis lui que nous avons un intrus sur le domaine... Qu'il organise des rondes, et plutôt que de lâcher les chiens, qu'il demande à Javyan qu'elle demande à sa louve de nous donner un coup de main. Moi je me charge de pister notre intrus...

Il dégaina sa rapière et sa biscayenne et commença à suivre la piste qu'avait laissé sa proie...


Un bon divertissement en perspective... Pensa l'hidalgo... Qui a dit que Valafein n'était pas sadique sur les bords ?
Revenir en haut Aller en bas
Ademar

avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Un jeune qui dévoile une part d'un lointain passé   Mar 13 Mar - 19:49

Le lieutenant fut rapidement prévenu de l’intrusion. Conformément aux instructions de Valafein, il déploya ses hommes sur le domaine. A la façon dont il tissa sa toile, même une souris n’aurait pu bouger une oreille sans se faire repérer. En revanche, il refusa de se départir d’un garde pour qu’il aille chercher la louve ; l’intendant devait comprendre ce qu’Adémar pensait de cet animal. Et pour le moment, il fallait bien avouer qu'il s'en méfiait.

Par groupe de deux, vous m’ratissez tout ! Dès qu’vous avez la certitude d’avoir repéré l’intrus, sonnez du cor.

Puis, accompagné de quelques hommes, il se rendit au château ; résidants, armes, documents plus ou moins confidentiels, objets de valeur, c’était là que la présence d’un invité indésirable était le plus à craindre. Les ordres étaient clairs : à l’extérieur, un garde à chaque angle ; à l’intérieur, un garde à chacune des cinq issues doublé d’une ronde qui sillonnait continuellement les couloirs du rez-de-chaussée et enfin lui-même qui monta à l’étage pour épier les abords extérieurs depuis différentes fenêtres.

Revenir en haut Aller en bas
Jehan Duval

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 12/03/2012
Age : 20

MessageSujet: Re: Un jeune qui dévoile une part d'un lointain passé   Mer 14 Mar - 13:37

Pendant que l'Intendant et le Lieutenant organisaient sa traque, le jeune intrus ne s'était guère pressé. Après tout, qu'en avait-il à faire ? A terme, il rencontrerait le responsable...que ce soit dans cinq minutes ou cinq jours, ça arriverait.
En fait, il était si peu pressé, qu'il s'était attardé dans les jardins d'agrément du domaine: sans plus de façon, après avoir contemplé les hauts massifs de fleurs, il s'était assit au pied d'un magnifique et haut cyprès, et s'était mis en devoir de contempler le paysage sur la campagne environnant Troyes, que le château d'Arzillières dominait, sur son plateau. Il resta bien là une dizaine de minutes, et ne fut chassé de sa position qu'en voyant que venaient vers lui deux hommes d'armes, qui fouillaient le terrain des yeux.
Avec une audace assez incroyable, il se contenta de se placer de l'autre côté du tronc du grand cyprès, présentant son profil pour que sa carrure ne le trahisse pas: il se contenta de tourner autour du tronc pile à l'opposée des deux hommes, qui passèrent sans le voir.
Le garnement ne pu pas se retenir bien longtemps: à peine les gardes étaient-ils hors de vue, dans les jardins aux hauts massifs fleuris, qu'il se laissait tomber au sol et explosait d'un rire presque silencieux, se forçant à ne pas rire à pleine voix -le résultat étant qu'il manqua presque de s'étouffer de rire.

Il lui fallut un moment de plus pour se calmer. Alors seulement, il se releva; et avec un dernier regard au panorama, il s'engagea à la suite des gardes à travers les jardins, se dirigeant vers le château. Se haussant sur la pointe des pieds, sa haute taille lui permis alors de regarder par-dessus une haie de roses la bâtisse même.


- Bon, baaaahhhh taaaaaant piiiiiiiiiiiis !

Il sourit, et, comprenant qu'il ne pourrait davantage jouer au chat et à la souris avec les habitants d'Arzillières s'il voulait arriver au château, il sortit tranquillement du jardin et s'avança le long de l'allée principale vers la grande porte Ouest. Il faut dire qu'avec un garde à chaque angle du bâtiment, aucun endroit n'échappait à leurs regards: impossible de passer sans être un oiseau ou une taupe, eh !

Ce furent les deux gardes dont il s'était joué plus tôt qui, se retournant en entendant ses pas sur le gravier, s'empressèrent vers lui pour l'arrêter, et donnèrent l'alarme, faisant prévenir l'Intendant et le Lieutenant. Ils amenèrent l'intrus jusque devant la grande porte d'entrée du château, où deux autres gardes vinrent les rejoindre pour surveiller le jeune et grand garçon, mains aux épées.
Le prisonnier, tranquille comme Baptiste, s'assit sur le sol caillouteux, dans ses braies couvertes de poussière et de boue séchée, pour contempler une fois de plus les jardins, sans plus s'inquiéter, un grand sourire amusé sur les lèvres...
Revenir en haut Aller en bas
Ademar

avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Un jeune qui dévoile une part d'un lointain passé   Dim 18 Mar - 19:13

Le déchirement cuivré d’un cor résonna dans tout le domaine. Quand le lieutenant sortit du château, il trouva au bas du perron quatre gardes entourant un jeune homme assis sur le sol. Il descendit les marches et vint se camper devant le bougre.

Relevez-le !

Les soldats obéirent sans délai. Deux se penchèrent, saisirent l’intrus sous les aisselles et le relevèrent sans ménagement. Il était plutôt de haute taille mais cependant pas aussi grand que le maréchal et le lieutenant. Adémar s’avança pour observer son visage et constata qu’il ne s’agissait que d’un adolescent à peine plus vieux que lui. Un sourire idiot ne quittait pas ses lèvres, ce qui avait tendance à le faire paraître inoffensif. Mais n’était pas le but de la manœuvre ? Malgré son air amène, le lieutenant resta méfiant. Il fixa l’adolescent dans les yeux.

Qui es-tu et que fais-tu ici ?

La question avait été lancée d’un ton sec et impérieux ; il ne valait mieux pas que la réponse se fasse attendre, et gare si elle n’était pas satisfaisante.
Revenir en haut Aller en bas
Jehan Duval

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 12/03/2012
Age : 20

MessageSujet: Re: Un jeune qui dévoile une part d'un lointain passé   Ven 23 Mar - 12:46

Un grand jeunot venait de descendre les marches de l'entrée du château. Sur son ordre, les gardes relevèrent le plus jeune encore prisonnier, qui s'amusa à leur rendre la tâche difficile en ne faisant pas le moindre effort pour les y aider, relâchant au contraire les muscles, qu'il ne raidit qu'une fois que les hommes l'eurent vraiment mis debout.

- Qui es-tu et que fais-tu ici ?

L'autre le dépassait d'un peu moins qu'une main -une belle main quand même, une grande main. Il n'était pas souriant, mais semblait affable, sentiment renforcé par son visage jeune et volontaire. Par contre, la voix avait été cinglante, assez agressive dans le ton.
Le jeune garçon ne se départit cependant pas le moins du monde de son sourire. Il savait quelle réputation avait la Dame d'Arzillières, grâce à ce qu'il avait entendu à Compiègne et sur la route. Il s'était renseigné, oh oui ! Il avait des habitudes de prudence, malgré son air bon enfant et insouciant. Alors, qu'avait-il à craindre de celui-là et de ses gardes ? Un peu de rudesse ? La belle affaire, il avait connu pire ! Des coups, de la torture, la mort ? Point donc ! Rien de ce genre, ici, tout le monde le lui avait gagé.
Mais bon. Il fallait bien qu'il parle au final. Il n'était pas venu pour rien. Alors c'est avec son grand sourire fixé sous ses grosses billes enfantines qu'il lança, d'une voix déjà presque grave.


- J'suis Jehan, Jehan Duval, rien d'plus. Et j'suis v'nu ici pour voir quelqu'un de ma famille, il bosse ici qu'tout l'monde m'a dit.

Mais le caractère de sale gosse ne pu se retenir plus longtemps. Il poussa un peu la tête de l'avant, prenant un ait intrigué: un vrai visage de comédien, de même que la voix, qui cingla d'un ton ô combien malpoli:

- Mais et toi, qui qu't'es pour d'mander ce genre de trucs ? Un sous-fifre qui veut s'la jouer ?

C'était lâché, et même s'il avait pu, il ne l'aurait sûrement pas retenu: il adorait trop se moquer et provoquer. D'ailleurs, le coin de ses lèvres se tordait déjà en sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Ademar

avatar

Messages : 107
Date d'inscription : 12/12/2011

MessageSujet: Re: Un jeune qui dévoile une part d'un lointain passé   Lun 2 Avr - 22:28

Ainsi donc le trublion venait rencontrer un sien parent. Même si le gamin avait des manières discutables, il venait de donner une bonne raison d’être accueilli à bras ouverts. Adémar se détendit et faillit se fendre d’un rire franc en repensant aux facéties de l’intrus et au branle-bas qu’elles avaient provoqué. Jehan eut cependant la mauvaise idée de reprendre la parole pour baver une question fort malvenue. Décidément, ce bougre avait bien besoin d’une leçon. Le lieutenant ne daigna pas lui répondre et lança aux gardes :

Jetez-moi ça dehors.

Les gardes saisirent fermement le garçon par les bras et le traînèrent vers le portail. Les pieds pendants traçaient de profonds sillons dans les graviers de l’allée, Adémar suivait quelques pas derrière. Arrivés au seuil du domaine, les gardes propulsèrent Jehan sur la route. Le Normand s'avança.

Quand tu te s’ras décidé à parler correctement aux gens, tu pourras t’présenter au poste de garde là, juste derrière.

Le lieutenant tourna les talons et s’en fut ordonner à ses hommes de maintenir des rondes régulières, c’était là un exercice qui ne pouvait point leur faire de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Valafein
Intendant
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 16/08/2011

MessageSujet: Re: Un jeune qui dévoile une part d'un lointain passé   Mar 3 Avr - 14:07

Valafein avait assisté à toute la scène. La réflexion du jeune homme l'avait beaucoup amusé, ainsi que sa témérité à l'égard de ce cher Adémar. L'intendant se garda bien cependant d'intervenir quand le lieutenant de la garde fit jeter l'intrus dehors. Il laissa Adémar s'éloigner, avant de sortir du domaine pour venir interroger le jeune intrus.

Hé bien, gamin... On peut dire que tu sais parler aux gardes... Si te faire jeter dehors à grand coup de pied dans l'arrière train était ton but, j'admire la subtilité dont tu as fait preuve pour y arriver.

Il lui sourit et lui tendit sa gourde remplit de vin.

J'ai cru comprendre que tu cherchais un parent qui habite ici même... de qui s'agit-il ? peut-être pourrais-je le faire prévenir qu'il vienne te voir... A moins que ce soit un mensonge de ta part pour t'introduire dans le domaine ? Si jamais c'est le cas, ne t'inquiète pas, j'admire ton ingéniosité. Enfin, sauf si tu viens dire que tu es de la famille de la maitresse des lieux, parce que là, ce serait un peu trop gros, tu ne penses pas ?

Il rit et repris sa gourde.

Alors, mon petit, qui es-tu venu voir ?
Revenir en haut Aller en bas
Jehan Duval

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 12/03/2012
Age : 20

MessageSujet: Re: Un jeune qui dévoile une part d'un lointain passé   Mer 4 Avr - 11:07

L'adolescent s'était relevé, s'époussetant un peu. Bon, il l'avait cherché, mais quand même, il avait entendu dire qu'Arzillières était d'une violence bien moindre. Il observa son genou gauche: un peu de raccommodage ce soir, et quelques griffures pour la semaine prochaine. Ahhhh, mais qu'on compte sur lui pour démentir la rumeur qui faisait de la baronnie un paradis, tiens !!
Il ne s'était pourtant guère départit de son sourire malin, aussi est-ce avec lui qu'il se retournât vers l'homme sortit du domaine; le sourire du jeune s'éclaira face à la gourde, dont il vida une partie d'une main sûre, digne d'un maître ès boisson; il eut quand même cette fois l'intelligence de ne pas rouler des mécaniques quand Valafein reprit la gourde, la lui rendant docilement.


- Ohhh, v'savez, la baronne j'la connais pas, hein. J'vois pas pourquoi j'dirai que j'suis d'sa famille. D'ailleurs, pourquoi mentirai-je ? Je me suis quand même fait capturer exprès, 'faut pas me prendre pour un idiot, hein !

Il éclata de rire.

- Nan nan, c'lui que j'suis venu voir c'mon oncle. Ça fait bien longtemps que j'l'ai pas vu -bien cinq ans, j'avais pas encore la dizaine-, et il faut que je lui touche quelques mots. Je savais qu'il a habité à Compiègne après avoir quitté l'ost: il m'a envoyée une lettre, il me tient quand même au courant de là on j'peux le contacter; mais à Compiègne, les gens m'ont dit qu'il était partit y'a quelques mois pour la baronnie d'Arzillières, où qu'c'est qu'il travaille.
S'il est bien ici, vous d'vriez voir qui c'est même si vous connaissez pas son nom, j'pense: très très grand, très pâle, barbu, petits yeux verts, râleur et buveur...
Revenir en haut Aller en bas
Valafein
Intendant
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 16/08/2011

MessageSujet: Re: Un jeune qui dévoile une part d'un lointain passé   Ven 6 Avr - 10:46

A l'entente de la description, Valafein explosa de rire.

Les adjectifs râleur et buveur suffisent largement à décrire ton oncle. Nous le connaissons tous sous le nom de Romanulupus. Mais peut-être que ce n'est pas son vrai nom... Après tout, Valafein n'est pas mon vrai nom, en ce qui me concerne.

En tout cas, je suis heureux de faire la connaissance de son neveu, même s'il ne m'en avait jamais parlé. Il lui serra chaleureusement la main. Par contre, ton oncle n'est plus à Arzillière, il est partit en Gascogne avec la baronne.

Si tu le désires, je serai heureux, en tant que grand intendant de ces terres, mais aussi en tant qu'ami de Lupus de t'accueillir au domaine tout le temps que tu souhaites y rester. J'enverrai un pigeon à Lupus pour le prévenir de ta présence et lui demander où tu peux le rejoindre. Je te prêterai même un cheval pour rejoindre ton oncle plus rapidement, ainsi qu'un peu de provision. En attendant sa réponse, et si tu promets de ne pas trop taquiner ce cher Adémar, considère toi comme chez toi à Arzillière.
Revenir en haut Aller en bas
Jehan Duval

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 12/03/2012
Age : 20

MessageSujet: Re: Un jeune qui dévoile une part d'un lointain passé   Sam 7 Avr - 12:52

Le jeune sourit à la remarque de Valafein. Son oncle était beaucoup de choses, mais toujours remarquables -pas forcément dans un sens positif. Il lui rendit sa poignée de main chaleureuse, avec une force étonnante pour son âge mais bien normale vue sa carrure.

- Heureux de te connaître, Valafein, alors.

Ben oui, il ne s'embêtait guère avec le vouvoiement, le jeune...

- Et je suis pas son seul neveu. On est deux. Mais bon, c'est une autre histoire, ça. Pis on n'a pas vu oncl' Romanus depuis très longtemps; et mon frère, d'ailleurs, j'ai pas souvent des nouvelles, à peine plus que de tonton.

Il fit une pause, et laissa ses grands yeux se perdre sur l'horizon des champs quelques secondes.

- Tonton n'est donc pas là...mais en Gascogne...ça fait très loin, ça, quand même...non, je n'irai pas le rejoindre là-bas, certainement pas. Bon...

Il ramena ses grosses billes sur Valafein:

- Ce serait super gentil de le faire prévenir, en effet. Mais je ne resterai ici que le temps que la réponse arrive, j'veux pas déranger. Je sais où qu'est sa maison, près de Compiègne, donc j'irai là-bas.

Lupus était le seul -avec Marjo- à avoir les clefs de sa maison. Mais même si Jehan n'en savait rien...il s'entendait à merveille pour forcer sans les abîmer les serrures. Une vie de bohème fait toujours découvrir toutes sortes de métiers, y compris les moins respectables. Et encore, son frère s'y serait davantage entendu encore...

- Pa'ce que je suppose quand même qu'il reviendra, hein ? Après tout, onc' Romanus ne tient jamais en place bien longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un jeune qui dévoile une part d'un lointain passé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un jeune qui dévoile une part d'un lointain passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» voile deriver 445
» L’ONE introduit en Bourse une part de son capital dans EET
» Titi part en pension - Titi vertrekt met pensioen
» Départ anticipé
» Sos pour Darkboy , jeune berger picard.eutha le 16 08

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PER ARDUA AD ASTRA  :: BARONNIE D'ARZILLIERE - Entre Reims et Troyes en Champagne :: Grilles du château-
Sauter vers: